J’envoie tout de suite un tweet directement adressé aux ministres concernés pour en finir avec le délit de solidarité.

On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est considérée comme un délit. Procès de personnes venues en aide aux migrants, réfugiés, Roms, ou sans-papiers, menaces de lourdes sanctions, mesures d’intimidation, poursuites, condamnations à Calais, à Paris, à Norrent-Fontes, à Boulogne, à Loos, à Nice, à Perpignan, à St-Etienne, à Meaux…

Je me mobilise aux côtés de plus de 450 organisations associatives ou syndicales, nationales ou locales, signataires du manifeste pour en finir avec le délit de solidarité.


Les rassemblements

Après les 3 grandes journées de mobilisation qui se sont organisées pour en finir avec le délit de solidarité en février 2017 : je participe aux prochains rassemblements !

2017
01/04/2017

Vitry

Bienvenue aux migrant-e-s ! La solidarité n’est pas un délit..Lire la suite

10/05/2017

TGI de Nice

4 citoyens solidaires de la vallée de la Roya au..Lire la suite

12/05/2017

Cour d’appel de Paris

Cour d’appel de Paris (Pôle 2 – Chambre 7, à..Lire la suite


J’alerte les ministres sur Twitter

Voir tous les tweets

Envoyer tout de suite un tweet directement adressé aux ministres concernés pour leur rappeler que la situation est grave et mérite leur attention.


Déclarez-vous délinquant solidaire sur Facebook

Montrer votre soutien en changeant votre photo de profil avec le badge #DélinquantsSolidaires


Utiliser en tant que photo de profil

Se connecter avec Facebook

Différents moyens de participer à la mobilisation.

Apporter la signature d’une organisation

(association, syndicat, collectif), pour rejoindre le collectif. Par email.

Faire connaître au collectif des cas relevant, directement ou indirectement, du délit de solidarité

Attention : Il faut que l’intéressé⋅e soit d’accord pour que son cas soit mis en ligne, même anonymisé (de fait l’anonymat n’empêche pas de savoir de qui il s’agit…) ou bien que l’affaire ait déjà été médiatisée. Les faits essentiels doivent être présentés (circonstances, garde à vue, comparution, décisions…) et avérés. Joindre si possible tout document officiel et décision de justice qui pourra être utile à la défense des prochaines personnes poursuivies. Faire connaître un cas.

S’informer des cas de poursuites passés et en cours

Voir le dossier sur le site du Gisti

Être tenu⋅e au courant de l’activité du collectif.

Un message de confirmation vous sera demandé par courrier électronique.

Partager
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!